Votre panier
FERMER
Retour gratuit
30 jours pour changer d’avis
Paiement sécurisé
Option Paiement 3x disponible
Confection artisanale
Le savoir-faire des meilleurs ateliers
  • :
- +
Offert
Votre panier est vide
Plus que pour gagner un cadeau !
Vous avez un produit offert dans votre panier !
Frais de port estimés
4,90€

Sur la route des laines italiennes

Publié le26/09/21
11mn
Nos Pièces

Biella, le cœur lainier d’Atelier Particulier

Quand nous avons pour projet de développer une nouvelle pièce en laine, l’arrêt Biella est une évidence. Il ne peut en être autrement. Il faut dire que notre relation avec Biella remonte aux origines d’Atelier Particulier. Une relation aux confins de l’intime.

À nos débuts, les filatures les plus prestigieuses de cette ville nous ont ouverts leur porte. Sans poser de questions. Alors que nous étions néophytes et que la laine et le savoir-faire des filateurs et tisseurs étaient encore brumeux dans nos têtes. On lui doit beaucoup.

Comme un sprinteur qui retravaille sans cesse sa technique de base, c’est à Biella - sous la supervision de nos ateliers partenaires - que nous avons fait nos gammes.

Lors de l’un de nos derniers voyages, nous cherchions une laine qui conviendrait au pull que nous avions en tête. Une laine mérinos extrafine. On en a trouvé 2. Chez 2 filatures différentes. Voisines certes. Mais avec des propriétés et une histoire différentes.

La 1ère, vous la connaissez bien, il s’agit de celle de notre Pull Mérinos Nid d’Abeille. C’est une fibre mérinos de chez Tollegno 1900. La 2nde, c’est une nouvelle. Nous l’avons trouvé chez Zegna Baruffa, le filateur historique de nos écharpes italiennes.

C’est également une laine mérinos. Mais, en plus de sa chaleur et douceur, cette dernière est washable. Vous pouvez donc la passer en machine sans risque.

On aurait pu simplifier l’approche et n’en choisir qu’une. On a préféré vous donner le choix. Le choix de sélectionner la laine qui à l’histoire et les propriétés les plus proches de vos aspirations et habitudes.

On espère ainsi vous montrer la chance l’on a d’avoir des ateliers aussi incroyables à nos côtés. Si nos pièces ne sont pas comme les autres, c’est grâce à eux.

Simple en apparence. Pour ceux qui y jetteront un regard superficiel.
Mais particulières si vous aimez les choses naturels, bien faites et pensées pour durer longtemps.

Intemporel, naturel et durable en résumé.
C’est pour cela que vous nous suivez, n’est-ce-pas ?

Entrez dans l’intimité de Biella



Située au cœur du Piémont en Italie, sur les contreforts des Alpes, Biella est l’un des poumons industriels et artisanaux de la botte. Un morceau d’histoire qui aurait vécu ses plus belles années. En tout cas selon certains « experts » ?

On ne partage pas cette vision.

Grande oubliée des tracés touristiques – à raison, tant la ville peut sembler « froide » à ceux qui lui jetteront un œil rapide -, Biella n’est connu que de ceux qui ont une passion pour les belles matières.

Comme souvent quand il s’agit de savoir-faire, il est nécessaire de ralentir le rythme. Creuser et faire preuve de curiosité. Sans cela, impossible de découvrir les secrets les plus profonds d’une région, d’un atelier, ou d’un artisan.

Par exemple, il est difficile d’imaginer que ce bâtiment qui tombe en ruine est l’un des grands monuments du savoir-faire lainier de Biella.



Pour le savoir, il faut y aller ou suivre les aventures d’Atelier Particulier. Autrement, l’accès au savoir-faire n’est pas si simple. Les ateliers et artisans sont rarement mis sur le devant de la scène.

Biella souffre de ce manque de visibilité. C’est parfois par conviction. D’autres fois par manque de compétences. Mais souvent, c’est parce qu’il y a un décalage entre la vitesse extrême des temps modernes et le rythme du savoir-faire qu’ils ont dans la peau.



Aussi, aujourd’hui, plutôt que de simplement vous présenter notre nouvelle collection de pull, nous endossons le rôle d’un guide touristique.

Qui vous guide à travers Biella.
Dans nos coins favoris, dans ceux que l’on ne vous recommande pas forcément, mais également sur les traces du savoir-faire lainier d’exception de la ville.





Les 2 visages de Biella

C’est toujours le même rituel.

Pour se rendre à Biella au départ de Paris il faut se rendre à Turin ou à Milan.
Généralement, nous prenons l’avion jusqu’à Milan, on loue un véhicule, puis on longe Novare avant de traverser la rivière Sesia – à proximité du Parco Naturale delle Lame del Sesia -, pour enfin remonter jusqu’à Biella même.

 

L’importance de la rivière Sesia

Les lainiers de Biella sont tous unanimes à ce sujet. Leur savoir-faire est intrinsèquement lié à celui de la Sesia.
C’est en effet sur ces rives que les éleveurs avaient pris l’habitude de récupérer la laine de leurs moutons. Avant de la vendre aux villes alentours. Dont Biella.




C’est l’histoire d’une heure, à tout casser. Sur le trajet, on doit l’avouer, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Même lorsque vous vous approchez de Biella, les contours de la ville ne font pas vraiment envie.

C’est brut et vide à la fois. On se demande parfois ou se trouve les 46.000 Biellesi.

On a du mal à croire que, quelques siècles en arrière, Biella était le cœur névralgique du savoir-faire lainier en Italie. En concurrence directe avec Florence et Milan, la petite ville avait même réussi à séduire les Anglais – pourtant une référence à l’époque.

Une fois arrivée, on vous conseille de traverser toute la ville pour rejoindre le centre-ville historique. Direction la Piazza Duomo, la Cittadellarte et le Palazzo Cisterna.

Pourtant, les grandes Maisons italiennes ne jurent que par Biella quand il s’agit de travailler la laine (en tout cas celles que l’on aime ;-)). On veut savoir pourquoi.

Et vous aussi non ?
Après avoir pris quelques photos et déjeuner à la Civetta, reprenez votre voiture et longez le Cervo.

 

Le Cervo, ce n’est pas qu’une rivière

Tout commence en 1240. C’est l’origine de la tradition lainière de Biella : des documents officiels retracent l’organisation du secteur lainier dans la région, à cette époque.

À partir de là, Biella construit peu à peu son savoir-faire et acquiert une réputation d’excellence dans toute l’Europe. Ses techniques de tissage et sa mécanisation, moderne pour l’époque, lui permettent d’exprimer son plein potentiel.

À l’époque, plusieurs villes du nord de l’Italie tirent leurs épingles du jeu. Mais la plus dynamique d’entre elles, parmi les Venise, Florence et autres Milan, est sans aucun doute Biella.

Sur la route de Biella, on croise, parfois, des moutons. Mais ce n’est pas pour ses élevages que Biella s’est spécialisée dans la laine.

La spécialisation dans la laine de Biella provient d’une autre richesse de la nature : l’eau des Alpes. Pure, celles de la rivière Cervo est idéale pour le lavage et la teinture de la laine.



En opposition complète avec l’esthétique de la ville, vous trouverez sur la route plusieurs magasins d’usine qui commercialise parmi les laines les plus précieuses du monde : et le plus réputé est certainement celui de Loro Piana, le Hermès italien.

On y trouve de la laine, bien sur ; mais aussi du cachemire et d’autres blend de matières plus exotiques, comme le chameau.

Et qui dit magasin d’usine, dit filature à proximité. On en compte au moins une dizaine. Certains sont à tailles humaines. D’autres déjà bien industrialisées.

Après avoir toqués aux portes de chacune d’entre-elles, c’est chez Tollegno et Zegna Baruffa que nous avons trouvé les laines idéales pour nos pulls.

 

1er arrêt – Tollegno le spécialiste du mérinos

La manufacture Tollegno se trouve, via Antonio Gramci, à 5 minutes de la Piazza Duomo. Fondée en 1900, elle n’a jamais déménagé. Comme nombre de filatures, ses fenêtres donnent sur le Cervo.

L’histoire de Tollegno est singulière. Même pour une région spécialisée dans la laine comme Biella.

Depuis 120 ans, Tollegno s’est presque exclusivement concentré sur le travail de la laine mérinos. Plutôt que de se disperser, elle en a fait la pierre angulaire de son projet.
Aussi, depuis plus d’un siècle, l’entreprise s’est efforcée de remonter toute la filière de ses laines. Une ambition que l’entreprise vous partage en images.



De la récolte de la laine brute, à la fabrication du fil jusqu’au tissage, le sceau de Tollegno ne s’appose sur une bobine qu’une fois ses standards de qualité validés.

Ce projet monumental a poussé l’entreprise à tenir un registre précis de chaque développement, création et innovation. De nos jours, ce petit travail d’archiviste leur permet de posséder l’une des bibliothèques de tissus les plus complètes d’Europe.


C’est en naviguant dans cette dernière que l’on a trouvé le fil à l’origine de notre Pull Mérinos Nid d’Abeille.

Une laine 100% mérinos extrafin – de 19,5 microns soit aussi fine que du cachemire grade B - récoltée en Australie, puis lavée, filée et teint en Italie à Biella.

Très chaude, elle reste néanmoins respirante et thermorégulante. C’est une matière qui n’étouffe pas. En d'autres termes, elle vit au rythme de celui qui la porte :-)
Autre avantage, le mérinos ne gratte pas.
Un pull qui vous fait vous sentir chez vous n’importe où, en somme !

On aurait pu s’arrêter à cette découverte. Vous en avez été plus que satisfait l’année dernière. Cela aurait été la solution « facile ». Mais nous sommes insatiables. On souhaitait découvrir une nouvelle histoire.

C’est donc chez Zegna Baruffa que nous nous sommes rendus, ensuite.

 

2nd arrêt – Zegna Baruffa, la doyenne

Un peu plus à l’ouest, se trouve la manufacture doyenne de la région. Zegna Baruffa. Nous la connaissons bien car c’est avec ses laines que nous avons créé la grande majorité de nos écharpes italiennes.



Fondée en 1850, Zegna est reconnu pour la qualité de ses blends, pour l'excellence de son sourcing - dans notre cas, réalisé en Nouvelle-Zélande et en Australie – mais aussi pour ses innovations.

Sa plus grande fierté ? Le Cashwool.

Aussi brillant que la soie, aussi doux que le cachemire. Cashwool est un exemple classique d'un authentique produit de luxe italien, un mélange de culture, de nature et de technologie industrielle.

Inventé en 1978, la laine cashwool est une innovation majeure dans l’univers lainier de Biella.
40 ans avant tout le monde, les maitres lainiers de Zegna ont imaginé un fil d’une finesse et d’une douceur incomparables pour répondre aux besoins des générations futures.



À contre-sens de leur époque, le défi de Zegna a totalement changé leur vision du savoir-faire lainier. Porté sur l’innovation.

Comment obtient-on un fil cashwool ?

Toutes les laines ne peuvent pas être cashwool. Zegna possède des critères bien spécifiques.
La maison ne travaille que les fibres issues des parties les plus fines de ses cheptels de mérinos. Sous la gorge et le duvet du ventre. Ainsi, Zegna s’assure de récupérer la laine les plus blanche et légère.


Depuis 1978, le cashwool est l’une des références exclusives de la filature. Dernièrement, elle a même développé une version qui passe en machine. Le tout sans détériorer la qualité naturelle du cashwool.

Belle, douce chaude ET pratique. On est séduit. Alors on a développé 2 nouveaux pulls avec cette laine.


Quand nous sommes sortis des manufactures, nous étions séduits par nos découvertes.
Cette collection, il y a peu de filatures qui auraient pu nous l’offrir. De nos jours, il n’est pas simple de réunir qualité, héritage et artisanat. Tollegno et Zegna en font partie. Et ils se trouvent à quelques kilomètres l’un de l’autre. C’est ça Biella.

Une fois les laines en main, avant de rentrer en France, nous avons fait un double arrêt chez nos ateliers tricoteur. À Venise pour le 1er et à Porto pour le 2nd.

Mais c’est une autre histoire que vous découvrirez jeudi avec la présentation complète de nos 3 pulls.

D’ici là, nous sommes à votre disposition pour toute question,
Belle journée et à jeudi,
-
Fulbert, Benjamin & l’équipe AP
Dénicheurs de savoir-faire

 

Suivez nos aventures

Sur Instagram @atelierpart

Satisfait ou remboursé

30 jours pour changer d’avis
Retour offert

Paiement 100% sécurisé

Carte bancaire & Paypal
Option Paiement 3x

Service client express

Une question ? Une suggestion ?
On vous écoute !

français