Votre panier
FERMER
Retour gratuit
30 jours pour changer d’avis
Paiement sécurisé
Option Paiement 3x disponible
Confection artisanale
Le savoir-faire des meilleurs ateliers
  • :
- +
Offert
Votre panier est vide
Plus que pour gagner un cadeau !
Vous avez un produit offert dans votre panier !
Frais de port estimés
4,90€

Huddersfield, le velours anglais par excellence

Publié le05/11/21
4mn
Ateliers Matières

Comme de nombreuses matières qui ont traversé les siècles, l’histoire du velours, en traversant les époques, a également traversé les frontières.

Et a donné naissance à une matière propre à chaque territoire qu’elle a conquis.

Embarquez avec nous au cœur de l’histoire du Velours.

Aux origines du velours était la soie

Si l’on vous dit soie, vers quel pays vous envoleriez-vous immédiatement ?
La Chine, bien sûr !

Car, s’il y a un berceau qui a fait naitre la soie, c’est bien la Chine. La tradition millénaire de la soie au pays du levant n’est plus à démontrer.

Mais quel est le lien entre la soie et le velours ?

Eh bien, c’est simple. Le velours n’est pas une matière à proprement parler. C’est un type d’armure de tissage.
Si vous suivez la route d’Atelier Particulier depuis un moment, le chaine et trame n’a plus de secret pour vous. Il s’agit de fils entrecroisés et perpendiculaires, qui viennent former un quadrillage bien serré.

Et si vous ajoutez, pour simplifier, un 3ème fil, donc une 3ème dimension, vous obtenez un tissage dont le poil ressort. Alors, il vous appartient de le raser ou non. Dans tous les cas, vous aurez un velours.



Et le 1er tissage de ce type a été fait en Chine et en soie. Mais un velours peut être de coton, de laine, ou même de fibres moins naturelles.

Depuis la Chine où il s’appelait « duvet de cygne » et au moment où les échanges entre pays et continents, le velours de soie (ou panne de soie) a fait le voyage vers les capitales italiennes. Florence, Venise et encore Gênes se le sont approprié à partir du 14ème siècle.

Puis, depuis les cités italiennes, le velours a conquis à dos d’âne et de colporteurs les cours d’Europe. A la Renaissance, le velours était l’étoffe la plus chère. Ses couleurs profondes, son effet moiré et sa tenue le rendirent rapidement indispensable aux tenues princières comme aux tentures des châteaux.

Et cela dura jusqu’au 18ème siècle !

Le velours démocratisé

A l’origine issu de la soie, le velours ne tarda pas à conquérir la vallée du Rhône et le cœur de Lyon, sous l’impulsion des décrets royaux sous l’Ancien Régime.
Mais si le velours devint une technique accessible, il faut en remercier les Anglais !

Traversons ensemble la Manche. Arrivé à Londres, il faut prendre plus au Nord encore pour s’aventurer au cœur de la campagne anglaise. Là, dans le Yorkshire, une cité moyenne s’est développée autour du tissage.

Huddersfield est idéalement située pour nourrir une industrie textile en nombre, abreuvée d’eau de source par les rivières Colne et Holme. La pureté de cette eau qui traverse les collines environnantes des Pennines permet au travail de la laine de fleurir dès le 14ème. Puis un essor décisif à partir de la 1ère révolution industrielle.



C’est même peut-être de cette maitrise de la laine qu’est issu le nom anglais du velours, le corduroy. Certains estiment qu’il serait issu du français « corde du roi ». Mais une autre interprétation serait qu’il fusionne les termes corde et duroy, une étoffe de laine grossière.

Aussi, peut-être les 1ers velours anglais étaient-ils de laine ?

Toujours est-il qu’une autre révolution va permettre sa diffusion, en masse : l’adoption du coton.

Les Anglais développèrent une armure de velours à côtes et en coton dès la fin du 18ème siècle, qu’ils diffusèrent largement. Tant et si bien que le velours fut adopté par la classe ouvrière des provinces industrieuses anglaises.

Et les ouvriers d’Huddersfield ne furent pas en reste, quelle que soit leur filature d’appartenance.

Huddersfield Fine Worsteds, le tissu anglais par excellence

Au 19ème siècle, Huddersfield vit naitre de nombreuses filatures, souvent spécialisées. Leurs noms sont évocateurs à celles et ceux qui s’intéressent à la qualité du tissu anglais : Martin Sons, W E Yates ou encore Hunt & Winterbotham.

Ces filatures, et bien d’autres avec elles, donnèrent naissance en 1976 au regroupement Huddersfield Fine Worsteds.

Depuis lors, Huddersfield confectionne les tissus emblématiques du savoir-faire et de la tradition anglaises.
Parmi ceux-ci, le tweed du Balmoral Estate, porté par le personnel du château éponyme, propriété personnelle de la Reine d’Angleterre où elle réside chaque été. Cet honneur explique également qu’Huddersfield soit le seul fabricant de tissu qui détienne le sceau royal de fournisseur de la Couronne britannique.



Parmi ceux-ci également, des velours côtelés comme on n’en fait plus. Lourds et denses, comme ils étaient portés par les ouvriers au 19ème siècle. Et comme on n’en voit que trop rarement !

Suivez nos aventures

Sur Instagram @atelierpart

Satisfait ou remboursé

30 jours pour changer d’avis
Retour offert

Paiement 100% sécurisé

Carte bancaire & Paypal
Option Paiement 3x

Service client express

Une question ? Une suggestion ?
On vous écoute !

français