Votre panier
FERMER
Retour gratuit
30 jours pour changer d’avis
Paiement sécurisé
Option Paiement 3x offerte
Confection artisanale
Les meilleurs savoir-faire
  • :
- +
Offert
Votre panier est vide
Plus que pour la livraison offerte (en France)
Vous avez un produit offert dans votre panier !
Frais de port estimés
4,90€

Les Solaires AP fêtent leurs 5 ans

Publié le 12/03/2021
10 min

Aujourd’hui, on fête les 5 ans de la première solaire Atelier Particulier.

L’occasion pour nous de revenir sur un projet qui est peut-être celui qui synthétise le mieux notre mission de « dénicher les meilleurs ateliers et vous révéler leurs savoir-faire ».

2018 - La genèse

En 2018, tout est parti d’une envie : remettre la lunetterie française sur le devant de la scène.

Il faut savoir que la France a un savoir-faire historique dans la lunette et cela, depuis le 13ème siècle, date d’apparition des premières lunettes. A l’époque, il s’agissait plutôt de monocles ou binocles. Les lunettes « à tempes » que nous connaissons aujourd’hui datent quant à elles du 18ème siècle.

S’il y a bien une région qui se détache du lot, c’est le Jura.

La première école de lunetterie française est d’ailleurs créée là-bas, au 19ème siècle. Historiquement, ce savoir-faire est lié à celui du peigne – du travail de la corne puis du buis.

Oyonnax est ainsi restée la Capitale mondiale de la lunette jusque dans les Années 50. Ensuite, le paysage a été façonné par deux grandes évolutions.

1- Le travail du buis a laissé place au travail de la plasturgie et de l’acétate – devenue la matière-reine en lunetterie.

2- Les délocalisations des Années 70-80 vers des pays plus compétitifs comme l’Asie ou l’Italie – dans une moindre mesure – ont mis à mal la filière.

Moyennant quoi, les effectifs de la filière ont été divisés par 5 en 50 ans en France.

Aujourd’hui, il ne reste que 8 ateliers lunetiers en France. Ces derniers travaillent principalement pour le Luxe. Avec des prix finaux en boutique compris entre 300 et 500€.

C’est là où Atelier Particulier entre en jeu !

Notre objectif : démocratiser le savoir-faire lunetier français, en vous en dévoilant les coulisses et en vous donnant accès à des solaires made in France autour de 100€.

NB : si on fait un flash-forward en 2022, cette volonté de vous proposer des solaires autour de 100€ fait d’autant plus de sens que depuis, la réglementation a changé et limite désormais les remboursements des montures à 100€. Aussi, le choix qui s’offre à vous est : acheter une monture (italienne, disons) pour 300€. Faire « peser » sur la mutuelle 100€ et payer de votre poche 200. Ou bien acheter une monture made in France à 100€ - sans remboursement - et la faire mettre à votre vue.

En 2018 donc, on déniche un atelier lunetier.

On vous le donne en mille. Nous nous sommes rendus… à Oyonnax !

Nos recherches nous ont conduit jusqu’à un petit atelier d’une vingtaine de salariés, fondé dans les Années 90. Parmi ses références, plusieurs griffes de créateurs appartenant à de grands groupes de Luxe.

Il faut savoir qu’une solaire confectionnée dans les règles de l’art nécessite environ 70 étapes, majoritairement manuelles.

L’expérience des artisans est donc primordiale !

En voici quelques étapes-clés.

Le choix de la matière première : l’acétate

N’importe quel atelier de qualité vous conduira rapidement vers le choix de l’acétate – LE bon choix en lunetterie.

Cette matière dérivée du bois a des propriétés plutôt intéressantes. Jugez-par vous-même :
- Il est biodégradable
- Il est résistant à la chaleur et aux moisissures
- Il est hypoallergénique

De nos jours, la production d’acétate est principalement concentrée dans deux : la Chine et l’Italie.

L’acétate italien en particulier est reconnu comme le meilleur au monde. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que le leader mondial de l’acétate, Mazzucchelli 1889, est italien. C’est celui que l’on a choisi.

Depuis 6 générations, Mazzucchelli a développé un savoir-faire unique dans l’acétate. Il tire son origine de la fabrication de peignes et bouton en corne. L’entreprise est toujours basée dans le village de Castiglione Olona, tout près de Varèse (en Lombardie). Plus de 400 personnes y travaillent. Mazzucchelli est aujourd’hui LE partenaire incontournable des grandes Maisons.

Le fraisage

L’étape de fraisage est réalisée de 2 façons différentes. Soit on utilise une fraiseuse manuelle, pour des pièces uniques ou en toutes petites séries. Soit on emploie une fraiseuse numérique, qui permet une régularité plus maitrisée dans la réalisation de la forme.

Le passage en tonneaux

Le fraisage crée des irrégularités, des rugosités et des rayures sur l’acétate. Le passage en tonneaux permet de les éliminer progressivement. Une étape cruciale, qui demande du temps et ne doit surtout pas être bâclée !

Dans l’atelier, certains des tonneaux sont vieux de plus de 50 ans.

Remplis de copeaux de bois, on y met les montures de lunettes pour 48 à 72h. Là, les lunettes sont secouées comme dans une lessiveuse. L’action des copeaux provoquera une abrasion douce et progressive qui lissera la lunette et lui donnera un aspect doux.

L’étape sera répétée 3 fois, avec des copeaux de plus en plus petits.

Le montage

Après avoir été taillées dans l’acétate, puis polies dans les tonneaux, les branches sont percées une à une.

L’objectif est alors d’incruster à la main la charnière.

C’est une étape très sensible pour l’atelier.

En effet, il est difficile de mécaniser l’incrustation des branches. Le taux de casse est important. Conséquence : cela augmente les coûts finaux.

Le geste sûr des artisans reste donc le meilleur outil !

Le polissage

Ici, il s’agit de faire briller l’acétate.

Pour cela, on utilise une roue composée de plusieurs épaisseurs de chiffons sur lesquelles on applique de la poudre d’argile. Ensuite, selon la vitesse et la pression que l’on met sur la solaire, l’acétate sera plus ou moins brillant.

Avec cet atelier du Jura, on crée donc le tout premier modèle de solaires Atelier Particulier. Celui-ci est basé sur une forme dite « Pantos » :

Cette forme, popularisée dans les Années 40, est revenue à la mode depuis quelques années. Elle est intéressante car relativement unisexe et universelle.

Notre premier modèle connait de votre part un très bon accueil.

Ce premier test se révèle très concluant et encourageant pour la suite !

2019-2021 - L'accélération

En 2019, on opère un premier virage dans notre projet de « solaires made in France ». On décide de changer d’atelier.

La raison qui préside à ce choix est simple : on souhaitait aller plus loin que de seulement vous proposer un excellent rapport qualité/prix et une belle histoire.

On voulait repenser la solaire plus en profondeur, de A à Z.

En effet, en lunetterie encore plus que dans le textile ou la maroquinerie par exemple, le design de la pièce est clé. Car un bon design, c’est l’assurance d’une pièce unique d’une part – et d’une ergonomie (= donc un confort) à toute épreuve d’autre part.

Et malheureusement, notre 1er atelier n’avait pas en interne les compétences de design qu’on cherchait.

Alors on a repris la route.

Direction Oyonnax ?

Perdu ! Cette fois, on a pris le chemin d’Évreux.

Alors vous allez nous dire que nous sommes bien loin du bastion lunetier du Jura. Certes. Mais il faut savoir que depuis les Années 80, l’implantation des derniers ateliers est beaucoup plus éclatée qu’avant. En effet, cela fait bien longtemps que – même à Oyonnax – le savoir-faire lunetier ne représente qu’une fraction de l’emploi salarié.

A Évreux donc, on a déniché ce qui est peut-être LE plus bel atelier français aujourd’hui. On peut le dire avec d’autant plus d’assurance que nous travaillons avec Thierry et Jean-François depuis 4 ans maintenant. Jamais on n’a été déçu.

Leur secret réside dans leur savoir-faire en termes de conception d’un côté – et leur sourcing de l’autre.

Thierry et Jean-François sont ingénieurs de formation. Ils maitrisent donc de A à Z la réalisation 3D d’une solaire parfaite.

Cela n’a l’air de rien mais – comme on le disait plus haut – c’est précisément ce qui donne la signature à la pièce et surtout, son ergonomie.

Cela se joue au millimètre près.

Pour le reste, ils maitrisent à la perfection toutes les étapes de confection. Voilà un petit aperçu en vidéo :

Avec eux, on a repensé notre première solaire « made in Évreux », la Normanville.

Cette V2 est donc plus racée, plus ergonomique :

Elle bénéficie également de plusieurs upgrades appréciables, fruits du savoir-faire de notre atelier et de leur réseau de fournisseurs de 1er choix :

- Des charnières (la partie qui relie la branche à la face) « 5 griffes » au lieu de « 3 griffes ». Elles sont donc plus résistantes.
- Des verres Carl Zeiss Vision® anti-reflets et anti-rayures

Avec cette solaire, on touche du doigt notre promesse de vous proposer une GRANDE solaire, made in France, autour de 100€.

Le succès est au RDV.

Vous êtes plus de 3.000 à franchir le pas. Jean-François et Thierry n’en revenaient pas eux-mêmes 😉

2020. Nouvelle année, nouveau projet.

On décide de lancer un deuxième modèle. Plus sportive, de forme rectangulaire légèrement fuselée, la Mesnil voit le jour :

Cette paire est un hommage aux Années 90 ; quand les formes sportives avaient le vent en poupe. Plutôt masculine, elle est idéale pour la pratique du sport (du catamaran au tennis), mais pas que !

2021, on accélère.

Grâce à l’expertise de notre atelier, on développe non pas 1 mais 2 nouveaux modèles.

La Harcourt – la lunette de star version AP :

La Gaillon – avec son arrondi XXL :

Deux paires – cette fois-ci plutôt féminines – qui montrent définitivement que l’on peut associer matériaux nobles, confection exceptionnelle, prix et… style !

2022 - La confirmation

Les deux sorties de 2021 ont confirmé que vous étiez de plus en plus nombreux.ses à attendre des pièces plus fortes, avec plus de personnalité.

La Harcourt et la Gaillon ayant très bien fonctionné l’année passée, on a décidé de les reconduire. Avec quelques nouveaux coloris à la clé ⚡️

En parallèle, on a travaillé 2 nouveaux modèles. Plutôt masculins cette fois.

La Marbois, petite sœur de la Normanville. La Marbois en réinterprète l’œil arrondi sous tous les angles. Sa face plus compacte est ici associée à des branches fuselées :

La Garel, quant à elle, est une synthèse des Années 50 et 70. Elle joue sur les angles et l’épaisseur pour couvrir votre visage :

En avant-première, voilà ce qui vous attend jeudi à 10h sur l’e-shop.

En 5 ans, nous ne sommes pas peu fiers du chemin parcouru. Il y a 5 ans, on donnait de la voix et on ouvrait la voie à un retour en force de la lunette made in France. Depuis, vous êtes plus de 10.000 à nous avoir suivi. Le carnet de commandes de notre atelier est plein et d’autres acteurs commencent eux-aussi à nous emboiter le pas.

On ne vous remerciera jamais assez de votre présence à nos côtés 🙏

Suivez nos aventures

Sur Instagram @atelierpart

Satisfait ou remboursé

30 jours pour changer d’avis
Retour offert

Paiement 100% sécurisé

Carte bancaire & Paypal
Option Paiement 3x

Service client express

Une question ? Une suggestion ?
On vous écoute !

français